A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - R - S - T - U - V - W - Y - Z

AVERTISSEMENT

Amis lecteurs
Je ne fais ce Blog que pour vous faire decouvrir les tresors du Judaisme
Aussi malgre le soin que j'apporte pour mettre le nom de l'auteur et la reference des illustrations sur tous ces textes , il se pourrait que ce soit insuffisant
Je prie donc les auteurs de me le faire savoir et le cas echeant j'enleverais immediatement tous leurs textes
Mon but etant de les faire connaitre uniquement pour la gloire de leurs Auteurs

Golem et Cybernetique


Le Golem - workinprogress


CABALE ET CYBERNETIQUE
REFLEXIONS ACTUELLES SUR LE GOLEM 



      Lorsque Norbert Wiener exposa son concept de cybernétique en 1948, l’ensemble des spécialistes des calculateurs automatiques pensa que ce concept était réellement nouveau. Les années 1940 à 1955 furent alors d’une intense richesse intellectuelle. Puis après ce premier succès la cybernétique tomba dans l’oubli tandis que se développait l’informatique dans une ignorance croissante de ses sources. G. Lacroix  émet cette hypothèse que le silence à l’égard de l’œuvre de Wiener vient du caractère éminemment dérangeant de sa pensée et que l’oubli dans lequel est tombée la cybernétique est plutôt un symptôme du pouvoir de subversion de cette science interdisciplinaire.
Le titre même d’un ouvrage de Wiener, God and Golem Inc. : sur quelques points de collision entre cybernétique et religion, nous plonge avec étonnement dans une source bien plus ancienne d’où viendraient cybernétique et informatique : la cabale hébraïque.
N. Wiener nous convie lui-même à une « révision des rapports entre la science et la religion » afin de « réexaminer nos idées sur ces questions à la lumière des derniers développements de la théorie et des techniques pratiques ».
      Les textes anciens de la cabale permettraient-ils d’éclairer ce qu’il en est de l’informatique aujourd’hui ?

Cybernétique et société 

      La cybernétique est une science du comportement applicable dans des domaines multidisciplinaires. Norbert Wiener expliquait ainsi que pour contrôler une action finalisée, la circulation de l’information doit former une boucle fermée permettant d’évaluer les effets de ses actions et de s’adapter à une conduite future grâce aux performances passées. Fondée sur les notions de communication et de contrôle, la cybernétique permet de considérer l’informatique et les technologies qui lui sont liées comme des tentatives pour dominer la nature – aussi bien, dit le cabaliste Charles Mopsik, la nature humaine que l’univers extérieur. La racine grecque du mot cybernétique signifie gouverner, et cette science serait la technique politique du contrôle la plus efficace et la plus achevée. Nous retrouvons ici, dans l’ambition dévoilée par la cybernétique, le projet biblique lié à la création de l’homme : « Dieu les bénit en leur disant : Fructifiez et multipliez-vous ! Remplissez la terre et dominez-la ! Commandez aux poissons de la mer, aux oiseaux du ciel, à tous les animaux qui se meuvent sur terre ! » (Genèse 1, 28). Nous pouvons entendre ce projet de domination aussi bien dans la Bible que chez Descartes, et remarquer que la Bible appelle l’homme à être un savant et un technicien. La domination implique donc les sciences théoriques comme leurs applications pratiques.
Mais l’homme n’agit pas uniquement « comme maître et possesseur de la nature » en dehors de toute conscience morale et de toute responsabilité politique. Wiener avait, selon G. Lacroix, une vision aiguë de la mutation radicale des machines, la possible dépendance des sociétés modernes envers les sciences et les techniques, et il voulut poser les bases d’une discipline nouvelle, la cybernétique : science du « contrôle des communications dans l’homme, l’animal et la machine ». Il affirme la responsabilité du savant et c’est au nom d’un véritable idéal démocratique qu’il critique la société et les dévastations de la planète.
Le plus grand danger serait de déléguer le pouvoir de décision aux machines, et il faut absolument maintenir la différence entre la machine et l’homme. Ce qui différence l’homme de la machine commente G. Lacroix, ce n’est pas la pensée mais la morale. La conduite rationnelle des sociétés par les machines conduirait au fascisme.
Un modèle commun régit l’homme, l’animal et la machine, celui du « feed-back » : « information qui permet à la commande de s’adapter aux variations du milieu en modifiant le déroulement de l’action en cours ». Ce concept permet de comprendre « comment une très petite quantité d’énergie (l’information) peut en commander une autre bien plus forte (quantitativement) ». Dans cette économie commune l’homme se rapproche plus de la machine que de l’animal. En effet les capacités d’apprentissage de l’animal sont très peu développées à cause de la faiblesse de son langage. Mais il n’y a pas de limite aux capacités d’apprentissage de la machine et de l’homme. G. Lacroix dit étrangement ainsi que l’homme se projette partiellement dans la machine et que la machine en retour imite dans une certaine mesure la pensée humaine.
Ce qui compte cependant pour l’homme c’est sa singularité, son unicité. Chaque être humain est unique, et cette expérience irréductible peut se développer en liaison ou non avec les machines. Le but humain est donc l’expression de cette irréductibilité qu’aucune machine ne peut contrôler, sauf si la machine tombe entre les mains de tyrans, d’imbéciles ou d’irresponsables. L’identité humaine, dit Lacroix, « serait donc la résultante d’un double mouvement de structuration informationnel. Celui de l’auto-organisation de la matière et celui de l’histoire des sociétés. »  Ce potentiel a sa source dans l’individu singulier et s’exprime dans la société par la communication avec autrui, avec la nature, avec les artefacts et les institutions. Le concept de machine informationnelle pourrait donc s’étendre aux institutions sociales.
Wiener offre comme perspective à l’utilisation des machines « un usage humain des êtres humains ». Car l’identité humaine n’est pas identifiable à la matière. Ce n’est pas la matière qui compte, mais le « maintien de son agencement », c’est-à-dire l’information.
Nous nous trouvons au terme de ce parcours à travers Cybernétique et société devant cette problématique : l’homme est un être d’information (de langage), il fabrique des machines qui lui ressemblent (bien plus que l’animal), et ces machines mal gouvernées peuvent s’émanciper de la direction humaine et produire des catastrophes si cette dernière n’assume pas sa responsabilité morale.
      Cette problématique, depuis plus de deux millénaires, était apparue dans la tradition hébraïque et cabalistique autour de la fabrication du Golem , un être d’argile ayant forme humaine et serviteur de l’homme.

Le Golem : de la légende aux machines de Wiener 

      Ecoutons la légende du Golem telle qu’elle nous est retransmise par Gershom Scholem : « Il fut un temps où il y avait un grand rabbin à Prague. Son nom était Judah Loew ben Bezalel, connu dans la tradition juive sur le nom de Maharal de Prague. Erudit célèbre et mystique, la tradition populaire juive lui attribue la création d’un Golem… Le robot de rabbi Loew était fait d’argile et avait reçu une sorte de vie qui lui avait été infusée grâce à la concentration d’esprit du rabbin. Ce prestigieux pouvoir de l’homme ne peut être cependant qu’un reflet du pouvoir créateur de Dieu ; aussi, après avoir procédé à toutes les opérations nécessaires pour ériger son Golem, le rabbin mit finalement dans la bouche de celui-ci une feuille de papier portant le Nom mystérieux et ineffable de Dieu. Tant que ce sceau restait dans sa bouche, le Golem demeurait en vie… Le Golem pouvait travailler, remplir les obligations de son maître et accomplir toutes sortes de corvées à sa place ; il pouvait l’aider, et aider les juifs de Prague de multiples façons…. Tout alla bien pendant un certain temps. Le Golem avait droit au repos le jour du shabbat puisque ce jour-là les créatures de Dieu ne doivent accomplir aucun travail. Chaque shabbat, le rabbin ôtait de sa bouche le papier portant le Nom de Dieu et le Golem restait inanimé toute la journée… mais un vendredi après-midi, le rabbi Loew oublia d’ôter le Nom de la bouche du Golem et il se rendit à la grande synagogue de Prague pour accomplir la prière au sein de sa communauté et pour accueillir le shabbat. Le jour tirait déjà à sa fin et le peuple se préparait à entrer dans le jour saint quand le Golem commença à manifester de la nervosité. Il se dressa de toute sa hauteur et comme un fou commença à tout déchirer dans le ghetto, menaçant de tout détruire. Les gens ne savaient comment enrayer sa furie. Un courant de panique courut jusqu’à l’Altneuschul (la « Vieille nouvelle Synagogue ») où le rabbi Loew était en prière. Le rabbi sortit précipitamment dans la rue et rencontra sa propre créature qui semblait hors de ses gongs et devenue elle-même une puissance de destruction. Dans un grand effort, il étendit son bras et arracha le saint Nom de la bouche du Golem ; le Golem tomba sur le sol et redevint une masse d’argile sans vie. »
Le Golem est ainsi une machine qui a l’aspect d’un homme mais qui ne parle pas, qui obéit et seconde son maître et qui est animée par l’insufflation en elle de lettres de l’alphabet, celles du Nom divin. Bien plus tard, au milieu du XXème siècle, c’est à une réflexion sur le passage de l’homme sensible à l’homme machine que nous convie l’œuvre de Norbert Wiener. La Bible énonce que Dieu créa l’homme « dans son image et comme sa ressemblance » (Genèse 1, 26), et ici il est question de la fabrication de machines à l’image de l’homme. Wiener écrit : « Quelque chose de semblable (i.e. l’acte créateur grâce auquel Dieu est censé avoir fait l’homme à son image) n’aurait-il pas lieu dans le cas moins compliqué des systèmes non vivants que nous appelons machines ? Quelle est l’image d’une machine ? Cette image incarnée en une machine, peut-elle parvenir à faire se reproduire une machine de type général, n’ayant pas encore une identité particulière , soit exactement, soit en incluant une modification que l’on peut envisager comme une variation ? Et cette nouvelle machine augmentée d’une variation peut-elle se comporter elle-même comme un archétype, y compris en établissant des différences avec sa propre forme archétype ? » L’image de l’homme, dit Charles Mopsik, s’incarne en une machine, dont l’ordinateur fournit le plus bel exemple. Car l’homme n’est pas qu’un sujet libre, il est aussi une machine. De quoi s’agit-il lorsque Wiener parle d’ « image » ? Wiener n’entend pas ici la forme corporelle, mais ce qu’il appelle l’image opérante : « Pygmalion a fait la statue de Galatée à l’image de l’idéal de son aimée, mais après que les dieux lui eurent insufflé la vie, la statue devint une statue de l’aimée en un sens bien plus tangible. Ce n’était pas une image picturale mais une image opérante. » L’image opérante créée par l’homme pour son usage est capable d’assumer des tâches intelligentes pour lesquelles il doit lui déléguer une part de responsabilité. Et Wiener insiste sur les risques que l’on encourt si la machine a été mal programmée. De la qualité du programme initial dépend la réaction appropriée des machines.
      Si le programme est un langage, une écriture, qu’est ce que cela nous enseigne sur le Golem et les machines opérantes de Wiener ?

Les lettres, la poussière et la lumière (Dieu, l’Homme et le Golem)

      Moshé Idel commentant Eléazar de Worms , un cabaliste allemand du XIIIème siècle, à qui l’on attribue également la fabrication du Golem, écrit à propos de la création d’un homme artificiel : « L’opérateur est censé créer une figure ou un corps à partir de la poussière : cette forme est appelée Golem… L’opération qui consiste à prononcer les lettres de l’alphabet ne commence qu’après le modelage de la forme humaine… Le premier stade de la création par permutation est relié à la combinaison des lettres de l’alphabet ; l’opérateur crée 231 combinaisons de lettres correspondant à autant de portails. On voit donc que dès cette étape, les lettres sont mises en relation avec les membres du corps. L’opérateur se conforme aux directives du Sefer Yetsirah et il associe les lettres des membres avec toutes les autres lettes de l’alphabet. » Dans un autre écrit, toujours cité par Idel,  Eléazar de Worms explique que c’est la force créatrice des combinaisons de lettres qui permit à Dieu de créer le monde et qui permet à l’homme de créer un être artificiel. Eleazar nomme une seconde étape où les lettres correspondant aux membres du corps sont combinées avec les lettres du Nom divin et prononcées avec six timbres vocaliques.
La création du Golem pourrait évoquer celle de l’homme. Le texte biblique dit en effet : « Et le Seigneur Dieu forma l’homme poussière détachée du sol, Il insuffla dans ses narines un souffle de vie, et l’homme devint une créature vivante » (Genèse 2, 7). L’homme n’est pas fait de terre ou de la matière même du sol, mais comme le dit très explicitement le texte biblique, de poussière détachée ou extraite du sol. Paul Nothomb fait remarquer que dans le texte de la Genèse, ce sont les animaux qui sont faits de terre (Genèse 2, 19) et non pas l’homme. La différence, dit-il, entre la poussière et la terre, est que cette dernière est compacte et obscure alors que la poussière laisse passer la lumière. L’homme serait ainsi formé de poussière, de lumière et de souffle. Il est « un souffle qui parle », selon la traduction classique araméenne de l’expression « une créature vivante ».
Le souffle divin dont l’homme est fait correspond aux cantillations des lettres du Nom divin dans l’agglomérat de la poussière.
L’homme transporte sa propre forme dans la fabrication du Golem. Les lettres se combinant, se matérialisent dans l’organisation de la poussière. Comment donner une image originale de cette texture de poussière et de lettres ? Imaginons ainsi : la poussière tombe mollement dans la raie de lumière et le Maître cabaliste accroche des lettres au tourbillon de sable non labouré. Peu à peu la forme s’épaissit tout en laissant passer la lumière. Reprenant ce schéma, le biologiste Henri Atlan présente les molécules organiques comme les zones électrisées en perpétuel remaniement ; et l’épaisseur de la molécule n’est que le résultat de l’équation. Poursuivons alors la combinaison des lettres, de la lumière et de cette poudre. Il faut que les lettres soient la vapeur du souffle répondant au souffle divin afin d’animer les lettres. Les colonnes de lumière sont appelées suivant la cantillation des lettres. Le jeune garçon qui seconde le Maître appelle les colonnes afin que la lumière d’en-haut descende. Le Maître invoque Metatron, le prince des anges, et, grâce à cette lumière, il peut exalter la poussière.
Il y a d’abord la grille formée par les lettres installées dans des carrés, puis une contraction de la poussière en une forme de plus en plus compacte où la lumière brille comme une lueur sur les braises. Ainsi lors de sa formation, le Golem apparaît comme un être de lumière, microcosme semblable au macrocosme. 
Il est très important de considérer le Golem comme un être de lumière et non comme une créature sombre résultant d’une magie contraire à la loi. Car le Golem est comme en répons avec l’Adam, le premier homme. Sans la lumière d’en-haut la créature ne peut être possible dans la vérité. C’est pourquoi dans plusieurs légendes le Golem porte sur son front le mot hébraïque emet qui signifie « vérité ». Le Maître cabaliste élève la poussière. Il attend la lumière qui va descendre vers la poussière. Alors ce sera un vortex de poussière aspirée par la lumière qui montera au fur et à mesure de la réalisation des arcanes. Les mots tissent un impalpable espace afin que le matériel et l’immatériel s’unissent. Les vibrations disparaissent à nos yeux et seules les lettres indiquent encore la présence du flux créateur.
Mais pourquoi les lettres peuvent-elle commander à la lumière d’en-haut ? Bien avant le commencement, la Torah existait. Ces interprétations s’inspirent de ces versets des Proverbes de la Bible où s’exprime la Sagesse : « Le Seigneur m’a acquise au commencement de sa voie, avant ses œuvres les plus anciennes » (Proverbes 8, 22 et sq.). Les commentaires disent ainsi que Dieu a consulté la Torah pour créer le monde . Les portails de lettres sont d’abord prêts et la lumière est ainsi soumise à la loi. Dieu, comme dirait Spinoza, est soumis à ses propres décrets. La lumière obéit aux portails liés à la loi. Une fois les portes connues, la lumière peut être canalisée afin d’inventer un monde. Et dans ce mouvement, la cabale instaure Dieu comme le Lecteur par excellence de la Torah. Participant Lui aussi de cette action double : « lis et écris ! »
      Toute la création semble issue du même processus que la fabrication du Golem. Les sefirot qui sont les Dix numérations de ce que Charles Mopsik appelle le psychisme divin et qui dessinent dans la cabale théosophique la forme d’un corps humain sont d’abord des chemins de lumière avant d’être des condensations. Elles tracent les chemins de la création de tout l’univers.
      La formation du Golem sur le modèle de la formation de l’homme n’évoque-t-elle pas celle des ordinateurs aujourd’hui, faits de silicium (poussière de processeurs) et d’arrangements de langage ou instructions (souffle ou  vocalisation des lettres) ?

De la dimension orientale de ordinateurs

      L’opérateur, à l’aide d’un clavier, envoie des impulsions électriques qui vont être converties en marques électromagnétiques sur une bande ou une disquette. Cette disquette à son tour va être lue par le processeur. Mais comme ces différents organes ne fonctionnent pas à la même vitesse, il y a une interface de mémoire servant de magasin afin que les lectures se fassent à des vitesses compatibles. Les informations sont envoyées en mémoire vive et le processeur va chercher les adresses des mots et les arrange entre elles, et il traite les mots en les comparant entre eux.
Afin d’écrire, il faut un langage d’organisation. Ceci est la première interface entre l’humain et la machine. Que sont ces systèmes d’exploitation qui constituent une machine virtuelle ? Celle-ci est différente de l’ensemble du circuit. Le fonctionnement logique est autre que le fonctionnement direct du calculateur. De même le fonctionnement interne des processeurs exige une machine virtuelle non directement observable.
Avec le développement de l’informatique nous nous rapprochons des thèses initiales de la cabale. En effet ce sont les arrangements de langage ou les instructions, bien plus que la poussière ou le sable (le silicium est la matière même des processeurs), qui sont l’axe du développement.
En langage de cabale on dirait que ce sont les portails des lettres qui sont plus importants que la poussière pour la formation du Golem.
Les lettres de lumière qui ont été mises sur les membres du Golem selon un ordre particulier - ceci constitue le secret de fabrication – disparaissent quand le sable se contracte. Et pourtant cette présence de la lumière est nécessaire au fonctionnement même du Golem / ordinateur. Ceci ressemble étrangement au fonctionnement du cœur du processeur. Les transistors commutent mais nous ne pouvons voir le microcode. C’est-à-dire le programme composé de micro-instructions dont l’exécution au sein du processeur ou microprocesseur définit le jeu d’instructions de celui-ci. Celui-ci est une conception originale qui permet les performances de la tranche de silicium. Même si l’évolution des technologies permet de penser des alternatives au microcode, il demeure que le principe d’instructions secrètes, non dévoilées, reste nécessaire au fonctionnement de la machine informatique.
Ce code est une suite d’informations judicieusement choisies et économes en temps de fonctionnement permettant de gérer des opérations plus complexes. Il est une sorte de grammaire qui organise les instructions plus complexes comme multiplications, additions ou mots organisant les programmes en vue de lire le système d’exploitation et les autres logiciels. Il s’agit là du fleuron des laboratoires de recherche. Si nous voulons faire apparaître de code interne, nous détruisons le processeur. Nous savons que celui-ci existe, mais nous ne pouvons ni le lire ni l’écrire.
De même pour le Golem. La condensation de la poussière intériorise les lettres, le microcode du Golem. Si nous touchons à ces lettres le Golem s’effondre en poussière.
Un commentaire ancien du Talmud de Babylone nous apprend que le cœur n’est pas dévoilé à la bouche, c’est-à-dire que les instructions secrètes au cœur ne s’affichent pas dans la transparence.
      L’être humain, l’Adam, est ainsi formé comme ses golems. Comment gérer cette puissance ?

Le Golem, l’ordinateur et la loi 

      Norbert Wiener a beaucoup réfléchi sur le contrôle automatique des armements atomiques et la décision de les employer par des ordinateurs. La figure du Golem est ici éminemment présente. Celui-ci remplissait parfaitement son rôle en défendant la communauté juive de Prague contre les pogroms, mais au-delà le Golem se mit à tout détruire. Lorsque l’Allemagne nazie fut vaincue, la bombe atomique n’avait plus à servir pour la victoire, et ce n’est pas à cause d’une volonté folle et furieuse que la bombe A explosa au Japon. Ceux qui firent exploser la bombe, selon Wiener, étaient pris dans les filets d’une tâche collective. La machine humaine, commente Charles Mopsik, a fonctionné jusqu’au terme de son programme, et « l’homme ne fait donc pas seulement la machine à son image : il est fait à l’image de la machine ». Nos choix dépendent de la nécessité de s’adapter au milieu aux stratégies empiriques, aux estimations raisonnables. « Nous ne savons pas ce que nous voulons, et c’est à cause de cela que nous programmons imparfaitement les golems que nous créons continuellement. » L’homme à cet égard est lui-même un golem. Comment en sortir ou plutôt comment assumer cette situation ? 
L’œuvre de Wiener part de ce constat : l’homme et la machine ont des capacités semblables de comportement et d’intelligence, à ceci près que le cerveau humain peut s’accommoder d’idées vagues tandis que l’ordinateur exige l’exactitude. L’homme peut se révolter contre lui-même par la conscience de soi et la pensée, par sa capacité d’agir à partir du flou initial. L’homme a cette aptitude à « assumer l’illogique, l’indéfini, en un mot à œuvrer avec l’irrationnel et à le transformer… »
La question de la cybernétique et traditionnellement du Golem nous invite à penser que le monde est langage et que les machines et l’homme sont également langage. Cette doctrine remonte bien plus loin que la légende de Prague, elle s’apparente aux conceptions les plus anciennes de la cabale hébraïque et principalement à un ouvrage attribué mythiquement au patriarche Abraham, mais paru dans les premiers siècles de l’ère chrétienne, à l’époque des Pères de l’Eglise, dans les cercles de Babylonie. Il s’agit du Sefer Yetsirah, « Livre de la formation », qui nous enseigne que le monde a été créé avec les lettres de l’alphabet .
Dieu aurait créé le monde et l’homme avec un langage, et l’homme dans un processus d’imitatio dei fabriquerait des machines avec un langage. Telle serait la source de la connaissance et de la domination de l’homme. G. Scholem écrit : « La création du Golem est ainsi une affirmation du pouvoir producteur et créateur de l’homme. Elle répète, bien qu’à une échelle réduite, l’œuvre de la création. Il y a aussi un côté plus sombre. Un des plus anciens textes que nous possédons sur le Golem nous présente le prophète Jérémie méditant sur le Sefer Yetsirah. Jérémie entendit alors une voix qui venait du ciel et lui disait : « Choisis-toi un associé. » Obéissant, il appela son fils Sira et ils étudièrent ensemble le Sefer Yetsirah pendant trois ans. Après cela ils se mirent à combiner les lettres de l’alphabet suivant les principes kabbalistiques de combinaison, de groupement et de formation des mots et ils créèrent ainsi un homme qui portait sur son visage les lettres YHWH Elohim Emet, ce qui signifie « Le Seigneur Dieu est Vérité ». Mais cet homme nouvellement créé avait un couteau dans la main avec lequel il effaça la première lettre (aleph) du mot Emet (vérité) ; il ne resta que le mot met qui signifie « mort ». Alors Jérémie déchira ses vêtements (parce que l’inscription était maintenant : « Dieu est mort », ce qui est un blasphème) ». Comment réparer cela ? Il fut dit à Jérémie qu’il n’y aurait plus de connaissance de Dieu s’il restait sur terre l’homme et son Golem, et qu’il devait dans un effort intense de concentration vers la terre écrire l’alphabet en sens inverse afin que le Golem devienne poussière et cendre devant ses yeux.
      Il est intéressant, remarque Scholem, de voir que la parole du Zarathoustra de Nietzsche, « Dieu est mort », se rencontre pour la première fois dans un texte de la cabale qui met en garde contre la fabrication d’un Golem et qui lie la mort de Dieu au projet de construction du Golem.

En conclusion 

      Comment gérer la puissance de l’homme comparable à la puissance divine et qui le conduit à créer lui-même un homme ? Norbert Wiener nous met en garde : « Le monde de l’avenir sera une lutte de plus en plus serrée contre les limites de notre intelligence, et non un hamac dans lequel, paresseusement étendus, nous serons servis par des esclaves mécaniques ». Cet appel à la prudence résonne très fort à notre époque où la dialectique cabalistique entre la transcendance de lettres et la poussière a été recouverte par la notion grecque de machine ou d’automaton. Le succès même des ordinateurs a fait que les questions de fond ont été très vite oubliées. D’une certaine manière la notion même de machine n’a pas permis de comprendre la nécessité naturelle d’un langage pour un calculateur automatique. La dichotomie entre l’industrie du logiciel et la construction du calculateur recouvre l’intuition première selon laquelle ce sont les lettres qui commandent.
Le Golem dans la tradition est un être de langage qui, combinant logiciel et calculateur, fournirait un modèle pour l’informatique. Mais c’est parce que dans la tradition cabalistique le Golem est d’abord considéré comme un être de langage et non comme une chose ou un robot.
Ainsi les discussions anciennes des rabbins et des cabalistes qui auraient pu apparaître comme relevant d’une mystique archaïque et dépassée par les progrès des sciences et de la technologie, se trouvent peut-être au cœur de l’activité scientifique la plus moderne. Les anciennes interrogations « halakhiques », c’est-à-dire juridico-éthiques, des sages de ces traditions à propos du Golem prennent tout leur sens.
Moshé Idel écrit que la pratique de la création du Golem constitue une tentative visant à connaître Dieu par le moyen que Dieu mit en œuvre pour créer l’homme. Et Henri Atlan préfaçant le livre de Idel nous invite à nous poser la question du statut moral d’un tel être et en particulier celle de son autonomie devant la loi. Il nous invite aussi, à l’exemple du prophète Jérémie, à « renoncer aux conséquences pratiques d’une toute-puissance apparente de la pensée en l’homme, tout en continuant à revendiquer et assumer une telle puissance dans le principe, comme programme de recherche projeté à l’infini. »

Monique Lise Cohen
Docteur ès Lettres
lespoetes

1 commentaire:

Simy Herscovitch a dit…

En train de reflechir sur ton magnifique article, qui a été posté par un copain à moi sur Facebook...:-) Un clin d'oeil en passant...

Enregistrer un commentaire