A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - R - S - T - U - V - W - Y - Z

AVERTISSEMENT

Amis lecteurs
Je ne fais ce Blog que pour vous faire decouvrir les tresors du Judaisme
Aussi malgre le soin que j'apporte pour mettre le nom de l'auteur et la reference des illustrations sur tous ces textes , il se pourrait que ce soit insuffisant
Je prie donc les auteurs de me le faire savoir et le cas echeant j'enleverais immediatement tous leurs textes
Mon but etant de les faire connaitre uniquement pour la gloire de leurs Auteurs

Lilith


                 Les sources juives du mythe de Lilith







La première femme d’Adam
Lilith


Lilith est selon certaines sources midrashiques, la première femme d’Adam, avant Ève.
En hébreu  Lilith est un prénom féminin signifiant la "nuit".
Le mythe de Lilith date d’au moins quatre mille ans.
Présente à l’origine comme démon femelle sumérien (Lilitû), et peut-être identifiable avec la Lillaka du récit de
Gilgamesh et le saule.
Le thème de Lilith est absent de la Bible canonique mais il est présent dans les écrits rabbiniques. Divinité mésopotamienne. Elle est associée à la nuit par le fond peint en noir, il s'agit probablement de Lilith.


Le Talmud


Les sources juives les plus anciennes remontent au IIIe siècle et font état de la création d’une première femme devant les yeux d’Adam épouvanté par l’horreur du spectacle sanglant qui s’offrait à sa vue:
"Rabbi Yehouda Bar Rabbi dit: le saint béni soit-il avait créé une première femme, mais l’homme, la voyant pleine de sang et de sécrétions s’en était écarté. Aussi le Saint béni soit il s’y est repris et lui en a créé une seconde" (Genèse Rabba 18:4).

Mais un autre passage fait état d’une survie de cette première Eve jusqu’à la génération suivante, et bien que l’assertion soit aussitôt contredite, elle recèle sans doute la trace d’une tradition plus développée qui a pu fournir la matière des élaborations ultérieures:
"Yehoua Bar Rabbi dit: Caïn et Abel se querellaient pour la possession de la première Eve. Rabbi Avyou a objecté: cette première Eve était déjà retournée à la poussière" (Genèse Rabba 22:7).

L’alphabet de Ben Sira


C’est un écrit plus tardif, le "midrach" intitulé Alphabet de Ben Sira, rédigé vers le Xe siècle, qui met vraiment en scène cette première Eve. Le nom qu’il lui prête désormais, Lilit est une appellation générique dans le Talmud d’une classe de démons femelles. Ici c’est le nom propre de la première femme d’Adam, prototype de la femme révoltée, refusant la soumission, exigeant une place égale à celle de l’homme:

"Dieu créa Adam et vit qu’il était seul. Il dit: "Il n’est pas bon pour un homme d’être seul".Alors, Il créa une femme, à partir de la terre comme Adam et Il l’appela Lilit. Adam et Lilit se querellèrent. Il lui dit: "Je ne me coucherai pas sous toi, mais seulement au-dessus de toi. Tu es faite pour être dessous, parce que je te suis supérieur". Lilit répondit: "Je ne me coucherai pas sous toi mais sur toi. Nous sommes égaux, nous avons été créés de la même terre".
Aucun des deux ne voulut céder. Quand Lilit le vit, elle prononça le Nom Ineffable et partit dans les airs. Adam s’est tenu en prière devant son Créateur et dit "Souverain du monde, la femme que tu m’as donnée s’est enfuie loin de moi".

Période: 1ère dynastie de Babylone (vers 1800-1600)


Aussitôt le Saint béni soit-il a dépêché ces trois anges (Sanoï, Sansanoï, Samnaglof), pour aller à sa recherche et la faire revenir. Le Saint béni soit-il dit (à Adam): "si elle veut retourner vers toi c’est bien. Sinon elle devra accepter que cent de ses enfants meurent chaque jour".
Les anges partirent à la poursuite de Lilit. Ils la retrouvèrent mais elle ne voulu point revenir.
Les anges dirent alors "Nous te précipiterons dans la mer", "Laissez-moi", dit-elle, "je n'ai été créée que pour causer les maladies aux enfants. Si l'enfant est mâle, j'ai la domination sur lui pendant les huit jours après sa naissance, et si c'est une fille, pendant 20 jours." Quand les anges entendirent les mots de Lilit ils insistèrent pour qu'elle revienne mais elle leur proposa alors un marché: chaque fois qu'elle verrait le nom de ces anges sur des amulettes, elle n'aurait aucun pouvoir sur lui. Elle accepta aussi de voir mourir 100 de ses enfants chaque jour. Ainsi, chaque jour 100 démons périssent et pour la même raison, on inscrit les noms des anges sur des amulettes pour de jeunes enfants. Quand Lilith voit ces noms elle repart en souvenir de sa promesse et laisse l'enfant en vie." (Otsar ha-Midrachim, I, p. 47)
Le démon Lilith responsable de la mort des nourrissons n'est autre, pour cette légende, que la première femme d'Adam, son égale créée comme lui de la terre et non pas prise d'une de ses côtes comme le sera sa seconde épouse. Les trois anges dont le nom et le portrait sont dessinés sur les amulettes placées auprès des nouveau-nés, ont le pouvoir d'arrêter l'action maléfique de Lilit en lui rappelant son serment.

Le Zohar


Le Zohar va reprendre l'essentiel de ce récit mis au compte des “livres des anciens” en donnant quelques précisions supplémentaires:
“Au début le Saint béni soit-il a créé Adam et Eve mais Eve n'était pas chair mais boue et lie de la terre, c'était un esprit maléfique. C'est pourquoi le Saint béni soit-Il l'a prise à Adam et il Lui a donné une autre Eve à sa place, c'est ce que signifie le verset: "Il a pris une de ses côtes" (Gen. 2:21), à savoir une première Eve qu'il lui prit, "et il referma la chair à sa place" (ibid.), c'est la seconde Eve qui était de chair, car la première ne l'était pas” (cité dans Midrach Talpiot, fol. 199a, et voir le Zohar I, fol. 34b, p. 193 du tome 1 de notre traduction et Zohar 'Hadach, fol. 16c, p. 586, ibidem, trad. de B. Maruani).
Pour le Zohar cette Lilith n'était pas l'aide annoncée par le verset biblique, elle représente pour lui le côté purement terrestre d'Adam, la “lie de la terre”, vestige des puissances telluriques qui ont contribué à la constitution de l'homme matériel et par conséquent rebelles à sa gouverne.

Sources: Charles Mopsik, Le sexe des âmes: aléas de la différence sexuelle dans la Cabale, édition
de l’éclat, p.185
akadem

Lire le Dossier sur Lilith : morgane

C’est cette puissance féminine démoniaque qui accomplira à la fin des temps la destruction de Rome, ville symbole de l’inimitié des nations chrétiennes envers Israël.
« Il est plus que probable que Rabbi Abraham ben David avait en tête la légende de la première Ève, égale d’Adam, quand il a rédigé son interprétation de la création du premier couple que nous avons citée précédemment. Des auteurs contemporains du maître languedocien ont non seulement accordé leur crédit au mythe de Lilith comme première femme d’Adam, mais ils l’ont développé et y ont ajouté d’autres traditions. Ils brossent d’elle un tableau peu flatteur et la voient sous la forme d’une femme affublée de pieds de poule, trait caractéristique de la gent démoniaque. Un Tossaphiste rapporte même un dire (peut-être apocryphe) de Rabbi Akiba selon lequel c’est seulement en rêve qu’Adam eu affaire à elle. L’angoisse des hommes devant une femme qui serait pleinement leur égale est parfaitement mise en scène dans les récits sur Lilith, surnommée souvent « la mère des démons ». Or il est clair que toute angoisse de ce genre n’a plus de raison d’être si l’on adopte la vue selon laquelle la femme n’est rien d’autre qu’un petit morceau de l’homme détaché de lui pour l’aider dans ses besognes et le servir. Et c’est cette vue qui s’est imposée dans un premier temps parmi les cabalistes ». (Charles Mopsik, Rigueur et Passion : Mélanges offerts en hommage à Annie Kriegel, éd. S. Courtois M. Lazar et S. Trigano, Paris, Le Cerf, 1994, p. 341-361).

1 commentaire:

Unknown a dit…

Où est la Lilith actuelle ? Voir "La Vagabonde" de Colette. Love.

Enregistrer un commentaire