A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - R - S - T - U - V - W - Y - Z

AVERTISSEMENT

Amis lecteurs
Je ne fais ce Blog que pour vous faire decouvrir les tresors du Judaisme
Aussi malgre le soin que j'apporte pour mettre le nom de l'auteur et la reference des illustrations sur tous ces textes , il se pourrait que ce soit insuffisant
Je prie donc les auteurs de me le faire savoir et le cas echeant j'enleverais immediatement tous leurs textes
Mon but etant de les faire connaitre uniquement pour la gloire de leurs Auteurs

Main = 14


MainsCohen_K420.jpg

Mystères de la kabbale 

de Marc-Alain Ouaknin


Chaque main comporte 14 phalanges, au total 28, qui sont les 28 lettres du premier verset de la tora qui fait passer le monde du néant à l'être


La parole est l'inscription du corps dans le langage. Ce n'est pas que j'ai un corps, c'est que je suis un corps. Il y a un rapport direct du corps à la main (Séminaire du 10 janvier 2000)









Sur le schéma, on trouve en bas les quatre lettres du tétragramme : [יהוה], réparties sur deux mains.
La première lettre (yod) est la main fermée, qui correspond au mot yad, qui veut dire "main" en hébreu.
La seconde lettre est la main ouverte (hei est la cinquième lettre, le chiffre 5, les 5 doigts).
La troisième lettre (vav) est la main tendue (mouvement vers l'autre).
La quatrième lettre (hei) est à nouveau la main ouverte (réception).

Le tétragramme s'écrit chaque fois qu'a lieu un échange, chaque fois que l'homme se souvient qu'être, c'est partager.

Dans le geste de bénédiction, le prêtre (Cohen) tend les mains vers le public.

Quand on compte avec son pouce sur les 4 autres doigts, on compte jusqu'à 12. On le fait 5 fois en comptant avec chaque doigt sur l'autre main. D'où le chiffrage traditionnel du temps (5 x 12 = 60) : on compte souvent par soixantaine dans la tradition biblique.

En frappant ses mains pendant la prière, on réunit les deux mains. Deux fois 14 font 28, qui est la valeur du mot koah (force).


Main droite
y
y
5 lettres
5 doigts
dwy
9 lettres
14 lettres
14 phalanges
w
w'w
d
tld
h
h
'h
5 lettres
'
¥l'
Main gauche
w
w
5 lettres
5 doigts
w'w
9 lettres
14 lettres
14 phalanges
'
¥l'
w
w'w
h
h
'h
5 lettres
'
¥l'
Total
4 lettres
10 lettres / 10 doigts
28 lettres / 28 phalanges





Le nombre 14 s’écrit avec les lettres yod et daleth en hébreu, soit yad, mot qui signifie main !

 le livre de Qohélet est célèbre dans la Bible pour son poème sur les temps de   la vie (Qo 3,1-8) :

Il y a un moment pour tout et un temps pour toute chose sous le ciel :
un temps pour enfanter,            et un temps pour mourir ;
un temps pour planter,              et un temps pour arracher le plant ;
un temps pour tuer,                  et un temps pour guérir ;
un temps pour détruire,             et un temps pour bâtir ;
un temps pour pleurer,              et un temps pour rire ;
un temps pour gémir,                et un temps pour danser ;
un temps pour jeter des pierres, et un temps pour en ramasser ;
un temps pour embrasser,         et un temps pour s'abstenir d'embrasser ;
un temps pour chercher,           et un temps pour perdre ;
un temps pour garder,              et un temps pour jeter ;
un temps pour déchirer,            et un temps pour coudre ;
un temps pour se taire,             et un temps pour parler ;
un temps pour aimer,                et un temps pour haïr ;
un temps pour la guerre,           et un temps pour la paix.

On remarque qu’il y a dans ce texte 28 temps (ou plus exactement deux fois 14 !)


La Bible commence par un verset : dans un commencement Dieu créa le Ciel et la Terre, qui comporte 28 lettres dans le texte hébreu… en deux hémistiches de 14 lettres.

28 jours est le temps du cycle de la vie, du cycle de la femme dans sa fertilité (lié, on le sait, à la durée du mois lunaire) ; le 14e jour étant la césure à l’hémistiche, le jour de la fécondité ! La 14e lettre de l’alphabet est le noun, dont la forme rappelle celle du fœtus recroquevillé dans le ventre de sa mère 

28 est le nombre d’années au bout duquel les jours de la semaine se retrouvent exactement aux mêmes dates dans le calendrier


28 est égal à la somme de ses diviseurs (1, 2, 4, 7 et 14) : c’est ce que les mathématiciens appellent un nombre parfait !…garriguesetsentiers




Portrait de Haïm Soutine assis (Amedeo Modigliani, 1916)

P-HaimSoutineAssis_K472.jpgSoutine fait de la main droite le signe des Cohanim (prêtres). Les deux mains sont disposées d'une façon qui ressemble à l'imposition cabalistique (celle qui aurait été utilisée, depuis Moïse, pour la transmission de la prêtrise). Peut-être les juifs de l'Ecole de Paris se faisaient-ils ainsi connaître aux autres peintres? Les mains, posées tranquillement à plat, montrent un Soutine apaisé, inquiet, prêt à bondir, mais posant provisoirement et se posant là sur sa chaise .







Soutine et Modigliani étaient des amis proches. C'est Modigliani qui a présenté à Soutine le marchand polonais Zborowski, son premier acheteur avant Barnes.

idixa.net


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire