A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - R - S - T - U - V - W - Y - Z

AVERTISSEMENT

Amis lecteurs
Je ne fais ce Blog que pour vous faire decouvrir les tresors du Judaisme
Aussi malgre le soin que j'apporte pour mettre le nom de l'auteur et la reference des illustrations sur tous ces textes , il se pourrait que ce soit insuffisant
Je prie donc les auteurs de me le faire savoir et le cas echeant j'enleverais immediatement tous leurs textes
Mon but etant de les faire connaitre uniquement pour la gloire de leurs Auteurs

La Ménora.


La ménora de Jéricho  l'une des plus anciennes représentations de la ménora du Temple. 


Aaron doit elever les lumières de la Ménora. 


Ceci fait suite à la description des offrandes des 12 princes lors de l’inauguration du Michkan. 
Rachi explique cette succession : Aaron était triste de ne pas avoir participé lui et sa tribu à l’inauguration du Michkan, Hachem lui dit alors que sa part sera plus grande que celle des princes, car c’est lui qui va arranger et allumer les lumières de la Ménora.
On sait que les 12 princes représentent les 12 mois de l’année, chaque mois ayant sa combinaison du Tétragramme ; mais dans une année embolismique - Méhouberet de 13 mois, le 13ème mois correspond à la tribu de Lévi qui engloge en lui les 12 combinaisons et donc, le mois de Adar II a une supériorité sur tous les autres mois.


Le Bené Issa’har dans sa Discours de Roch ‘Hodech nous rapporte un enseignement du Arizal : il faut avoir la Kavana de la combinaison du Tétragramme en rapport avec le mois dans Moussaf de Roch ‘Hodesh lorsque l’on dit : « Béni soit Hachem qui sanctifie Israël et les nouveaux mois ». Il explique ainsi les mots de Sages « Pourquoi Israël prie-t-il et n’est pas exaucé ? Parce qu’ils ne savent pas prier avec le Nom. Le fait qu’ils ne connaissent pas la combinaison du Tétragramme qui domine le mois est à l’origine de ce manque ! 
Or il existe 12 combinaisons possibles. Que lit-on les années embolismiques au mois d’Adar Chéni ? Il faut avoir alors la Kavana des 12 combinaisons des 12 mois précédents ! Le 13ème mois, celui de la tribu de Lévi englobe bien les 12 mois précédents ! »
De même Aaron (de la tribu de lévi), lorsqu’il élève les 7 lumières de la Ménora, il élève les 7catégories de Juifs selon leurs qualités- Midot, il est donc au dessus-d’eux. C’est pourquoi la paracha de la Ménora fait suite aux offrandes des 12 princes car elle leur est supérieure et les englobe.


La Ménora était faite d ’une pièce en or מקשה , pour nous apprendre que cela était difficile נתקשהà comprendre pour Moché.


Les sages ont expliqué que choses furent difficiles à concevoir pour Moché jusqu’à ce que Hachem eut besoin de les lui montrer du doigt. Ce sont : 


la Ménora מ נורה , les sacrifices ק רבן , le Chekelש קל et le renouvellement de la Lune ה ירח . On retrouve dans les initiales de ces éléments le mot Mikcha. (Rabéinou Be’hayé)
D’autres explique que ce qui était difficile pour Moché c’était de comprendre pourquoi la Royauté d’Israël (allusionnée par la Ménora et la Lune) ne pouvait tenir plus de 30 générations. La cause en est la profanation de la Tora qui fut écrite du doigt de D.


Moché était désolé de savoir que sa nation sainte serait éparpillée sans berger sans chercheur et sans demandeur. Hachem lui dit alors de regarder comment la lune se renouvelle, car il en sera de même pour la Royauté d’Israël qui se renouvellera au temps de Machia’h, par le mérite de la Tora, de la Tsédaka et de la Techouva que fera Israël. 
Le ‘Hafets ‘Haim explique que c’est par la faute deBitoul Tora que le joug des peuples sera sur Israël.
Dans la Tora, Hachem ordonne fois la fabrication de la Ménora : dans les parachiot Trouma ,Tetsavé (30. 8), Emor et Béhaalotkha , ceci correspond aux lettres du Tétragramme et aux 4visions qu’a eu Moché. 


Ainsi dans la parachat Trouma , il est dit : « conformément à tout ce que Je te montre , au modèle du Michkan et au modèle de tous les ustensiles, ainsi vous l’exécuterez ». La Ménora est décrite dans sa généralité avec les autres ustensiles du Michkan.
Puis Moché vit la Ménora avec l’ange Michaël. Ainsi dans la parachat Tétsavé (28. 1), il est dit : « Et toi, fais approcher de toi Aaron, ton frère pour Me servir », Aaron, qui sert au milieu des Bnei Israël, est en bas à l’image de l’ange Michaël qui sert en Haut.


Dans la parachat Emor , la vision de Moché est celle de la disposition de la Ménora au Sud face à la Table au Nord. (Vaykra 24 vers 1 à 4)
Dans la parachat Béhaalotkha , il est dit : « D’après la forme qu’Hachem avait indiqué à Moché, il avait fabriqué le candélabre ».


Dans cette paracha les premiers versets parlent de la Ménora. Le mot Ménora est écrit fois, 2fois plein ( avec un vav) ce qui correspond aux mondes supérieurs de Atsilout י - Bria ה et fois Ménora est écrit sans vav, ce qui correspond aux mondes de Yétsira ו - Assia ה . Ceci correspond au fait qu’il est dit 2 fois Daber (parler) et 2 fois Lémor (dire): « Hachem parla à Moché en disant :parle à Aaron et tu lui diras »


La Ménora et ses allusions



On sait que 6 Nérot de la Ménora étaient dirigées vers la lumière centrale. La tige centrale représente le ו du Tétragramme, alors que les tiges de part et d’autre de la tige centrale représentent les barres formant le ה initial et le ה final du Tétragramme; les 7 tiges ont pour guématria 42 (car chaque tige représente un ו de valeur ). Le nombre 42 s’écrit מב et si on lui ajoute un י qui est représenté par la lumière du candélabre, on obtient le mot Yiboum- Lévirat 
Dans la Ménora est gravé le secret du Lévirat et de la ‘Halitsa. D’après le Mégalé Hamoukot (Yiboum : lorsqu’un homme marié meurt sans enfant , sa femme est automatiquement mariée au frère de cet homme.
‘Halitsa : lorsqu’un homme ne veut pas être marié à la femme de son frère décédé sans enfant, il procède au déchaussement ou ‘Halitsa).


Bien que la Avoda de l’allumage cessa avec la destruction du Temple, nous allumons les Nérot de ‘Hanouca pendant jours en souvenir de la Ménora. On remarquera que le chapitre sur la Ménora dans Béhaalotkha est le 8ème du Sefer Bamidbar.


Bien que la Ménora soit d’un seul bloc, elle comportait branches, fleurs, 11 pommeaux et 22coupes, elle faisait 18 Tefa’him de hauteur.


Ces chiffres sont allusionnés dans le premier verset de chacun des ‘Houmachim : le premier verset de Béréchit comporte mots comme les branches de la Ménora ; celui de Chémot comporte mots comme le nombre de fleurs, le premier verset de Vayikra comporte 11 mots comme le nombre de boutons, celui de Bamidbar comporte 17 mots plus 1 pour le Kolel, ce qui correspond à la taille de la Ménora et le premier verset de Devarim comporte 22 mots comme le nombre de coupes. 


La Ménora ressemble à la Tora car toutes deux illuminent.
Et chaque Ner- lumière fait allusion à l’âme de l’homme.
Les différentes parties de la Ménora et leur nombre font allusion à de nombreux éléments :


- Les branches font référence aux jours de la création du monde, aux étoiles, aux jours qui suivent la ‘Houpa etc…


- La tige centrale entourée de 3 tiges de part et d’autre, fait allusion au Chabat qui bénit les jours de la semaine qui le précède et les jours qui le suivent


- Les 11 pommeaux correspondent aux 11 parfums du Kétoret (encens) et les fleurs correspondent aux 9 Sphirot qui fleurissent et sortent de la sphère de Kéter


- Les 22 coupes font allusion aux 22 lettres de l’Alef-Beth composées de obliques, 12 simples et 3mères


Dans l’univers ceci est en relation avec les étoiles, les 12 Mazalot- signes et les fondements : feu, eau, air.


Chez l’homme les organes fondamentaux sont : le cerveau, le cœur, le foie (en hébreu les initiales forment le mot e l e kh ), il possède orifices, et il a 12 comportements


Le nombre 22 correspond à tous les canaux qui existent dans le monde, c’est pouquoi la Chekhina ne pouvait reposer qu’au moins sur 22 .000 personnes dans une Tribu, et la Tribu de Lévi était composée de 22 .000 hommes. La Ménora est le secret de la Merkava-du Char Divin.


- La hauteur de la Ménora , 18 Tefa’him, se trouve allusionnée dans le mot « Et voici וזה la confection de la Ménora » « et voici » a pour guématria 18 


La parachat Béhaalotkha est coupée en parties, en effet elle possède, entre 2 Nouns renversés, un Sefer entier formé de versets eux-mêmes composés de 19 mots : « Vayehi Binsoa Aron…Lorsque se déplaçait l’Arche …», le premier verset est récité avant chaque lecture de la Tora


Bien que la Tora soit constituée de livres, elle en contient , ceci est en relation avec le nombre des branches de la Ménora. C’est pourquoi le matin, le Cohen préparait tout d’abord Nérot, puis on procédait au sacrifice du matin, le Tamid, ensuite, le Cohen préparait les autres Nérot qui se trouvaient à l’Est et il n’allumait la Ménora que le soir. ( הטבת la préparation consistait à enlever les déchets, la cendre qui se trouvait dans chaque coupe, puis mettre une nouvelle huile et une nouvelle mèche).


Dans la parachat Tetsavé 30 . 7, il est écrit fois Baboker : « Chaque matin – Baboker Baboker – lorsqu’il arrangera les lampes » pour marquer cette préparation en 2 temps .


De la même manière, Hachem nous a donné ‘Houmachim par l’intermédiaire de Moché, Il nous donnera nouveaux livres au temps de Machia’h par son intermédiaire. Ceci se marque dans la Tora par l’interruption que provoque le passage « Vayehi Binsoa Aron ».


Pourquoi y a t-il 2 Nouns renversés ? C’est afin de renverser la Midat Hadin , l’Attribut de sévérité en Miséricorde , qu’Israël monte de niveau et que les peuples descendent. Afin que les Nouns dua’hach (du serpent) et du Sata n soient brisés et que Machia’h vienne .


Lorsque l’on brise la lettre Noun, on obtient les lettres « Mi » qui se trouvent dans le nom Machia’h משיח נ = מי = 50
Le fait d’élever les Nérot de la Ménora, allusionne le fait d’élever les étincelles de Sainteté qui sont tombées dans les Klipot, ces étincelles sont au nombre de 11 , 4 sont du niveau du père et de la mère et 7 sont les 7 Midot . Grâce à notre Tefila, chaque jour nous faisons le tri des Midot et nous les élevons jusqu’au niveau de Nokva d’Atsilout (niveau du lien entre le Père- Atsilout et la Mère- Nokva).


Ceci se voit dans les initiales de « Tu éléveras les Nérot vis à vis de la face de la Ménora » בהעלותך את forment le mot Av- père et les initiales de א ל מול forment le mot Em –mère. Cette élévation se fait grâce à notre Néchama dont les lettres se trouvent à la fin du mot Ménora מנרה lorsqu’il est développé : מם - נון- ריש - הה . La Ménora symbolise donc notre âme.


La Ménora fait allusion à la Tora qui doit être étudiée Lichma , de même qu’il y a Nérot (contienant 10 lumières en elles), il y a 70 facettes de la Tora qui s’élèvent quand la Tora est étudiée pour Son Nom.(d’après Rabbi Yaakov Abou’hatsira)


manhigut

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire